CPF18 février 2015

Volonté de l’État de tuer la formation non certifiante et les organismes de petite taille ?

Dans le cadre du CPF (Compte Personnel de Formation), le décret de loi définissant le socle de connaissances et de compétences pour les formations hors des listes s’est fait attendre, jusqu’au 13 février 2015 alors qu’il aurait dû être promulgué pour le 5 janvier 2015. Néanmoins, il bloque toujours de nombreux organismes de formations spécialisés dans la langue française, l’informatique et autres modules dits de base, et tellement importants.

Depuis l’idée germée dans l’esprit de J.-M. Ayrault, une foultitude de listes, de commissions, de réunions… ont été créées pour aboutir à une réforme inapplicable pour le moment pour les formations dudit socle qui comprend « la communication en français, l’utilisation des règles de base de calcul et du raisonnement mathématique, l’utilisation des techniques usuelles de l’information et de la communication numérique, l’aptitude à travailler dans le cadre de règles définies d’un travail en équipe ; l’aptitude à travailler en autonomie et à réaliser un objectif individuel, la capacité d’apprendre à apprendre tout au long de la vie et la maîtrise des gestes et postures et le respect des règles d’hygiène, de sécurité et environnementales élémentaires. »

Jusque là, tout va bien ! (On notera toutefois qu’il n’est pas fait mention des langues étrangères).

Sauf qu’il est ajouté : « le socle de connaissances et de compétences professionnelles mentionné fait l’objet, sur proposition du Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation, d’une certification. »

Ah ! Qui dit certification en cours dit commissions, réunions, délibérations, bref : encore une longue attente et un chiffre d’affaires qui va baisser !

Bien sûr, les grands organismes de formations de par leur effectif peuvent s’y préparer, mais nous, les « petits », les passionnés, les compétents ? En plus de partir en quête de nos clients, de préparer nos formations, de les dispenser, de rendre tous nos bilans à la direction du travail, de créer nos flyers, nos sites, de répondre au téléphone avec le sourire, de se former et de dormir de temps à autre sans penser aux lendemains qui ne chantent pas toujours, il va falloir que nous créions notre Certification, sans certitude de pouvoir continuer à travailler ?

Messieurs les Responsables, mais qu’avez-vous donc contre nous ?

Thierry Brayer
ARDÉMO Formations
www.formations.ardemo.fr